Les politiques de force sur le déclin

Macron dans un monde (un peu) moins dur  Abonné

Par
Richard Liscia -
Publié le 26/09/2019
La conjoncture diplomatique offre au président de la République quelques occasions de faire valoir son point de vue aux grandes puissances. À l'Assemblée générale des Nations unies, consacrée cette année à la lutte contre le réchaufffement climatique, ses idées sont mieux partagées qu'en France.
A l'ONU, Macron, Merkel, Harrison Ford et Raoni Metuktire

A l'ONU, Macron, Merkel, Harrison Ford et Raoni Metuktire
Crédit photo : AFP

Pour la diplomatie française, le sommet environnemental des Nations unies, puis son Assemblée générale, ont constitué une occasion unique de faire valoir la supériorité du dialogue sur le règlement des différends par la force militaire. Un Donald Trump penaud et secoué par l"attaque contre les installations pétrolières saoudiennes (à quoi il n'a trouvé aucune riposte), est venu deux fois après avoir juré qu'il boycotterait l'ONU.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte