Véronique Ovaldé, la grâce d’une conteuse  Abonné

Publié le 30/09/2013

Bardée de prix pour « Ce que je sais de Vera Candida », Véronique Ovaldé s’est acquis en sept livres une réputation de conteuse hors pair, l’imaginaire et le réel s’imbriquant pour nous transporter dans une autre dimension. « La Grâce des brigands » ne démérite pas, qui raconte la vie de Maria Cristina Väätonen (déjà, soufflent le chaud et le froid !) par la voix d’un narrateur avouant d’emblée faire avec l’approximation et remplir les blancs quand il le faut.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte