THEATRE - « Trois sœurs », d’Anton Tchekhov

Une vitesse prenante  Abonné

Publié le 21/11/2013
1385000325472964_IMG_116010_HR.jpg

1385000325472964_IMG_116010_HR.jpg
Crédit photo : F. RAPPENEAU

RIEN. Une longue table. Des chaises de bois clair. Plus tard, des lits, une balançoire. Le tout déplacé à vue par les comédiens eux-mêmes entre chaque acte. Des lumières. Un piano, une guitare. Des costumes disparates mais tous « exacts », et Christian Benedetti, qui dirige ses camarades et joue, signe une fois de plus une version superbe d’un Tchekhov très connu. On le redécouvre. On suit la représentation très rapide et l’on est, comme jamais, touché, bouleversé.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte