THEATRE - « Le Journal d’Anne Frank », d’Éric-Emmanuel Schmitt

Une puissante sobriété  Abonné

Publié le 12/09/2012
1347412506369414_IMG_88819_HR.jpg

1347412506369414_IMG_88819_HR.jpg
Crédit photo : LOT

IL N’EST JAMAIS simple de donner corps, littéralement, à un personnage aussi connu qu’Anne Frank. Aussi ne peut-on que louer les artisans de cette production d’avoir choisi une toute jeune fille aux cheveux blond vénitien pour incarner l’adolescente brune. Ici, les ressemblances sont intérieures et c’est aussi la réussite d’Éric-Emmanuel Schmitt écrivant une nouvelle version théâtrale de l’histoire connue par le Journal.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte