ARTS - À Paris, au musée de l’Orangerie, Gino Severini

Une peinture du rythme  Abonné

Publié le 06/05/2011
1304644529251464_IMG_60106_HR.jpg

1304644529251464_IMG_60106_HR.jpg
Crédit photo : ADAGP

« IL FAUT ÊTRE absolument moderne », disait déjà Rimbaud en son temps. Les peintres futuristes se seraient-ils approprié la phrase du poète d’« Une Saison en enfer » ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte