Le dernier livre de Patrick Autréaux

Une éducation sentimentale aux urgences  Abonné

Par
Christian Delahaye -
Publié le 14/10/2019
« Les études de médecine en général ne sont guère que des initiations de pacotille », avoue Patrick Autréaux, déplorant « une pensée pauvre en symboles et peu perméable à l’imaginaire qu’elles restreignent ». Mais « Quand la parole attend la nuit », son dernier roman, très autobiographique, comme ses prédécesseurs, prouve magistralement le contraire.

Solal, le narrateur, intègre l’internat et enfile les gardes de psychiatrie à Paris, découvrant la faune des soirs agités et le calme des petits matins vides, il rédige ses comptes rendus d’hospitalisation, passe des coups de fil aux médecins traitants, discute avec des collègues.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte