THEATRE - « Le Ministre japonais du Commerce extérieur »

Une comédie acide et drôle  Abonné

Publié le 14/11/2012
1352859722388033_IMG_93488_HR.jpg

1352859722388033_IMG_93488_HR.jpg
Crédit photo : A. REGNIER-LOLIER

RÉVÉLÉ en France par Laurent Terzieff et Maurice Garrel qui le mettaient en scène, par Pascale Boysson qui le traduisait, Murray Schisgal parle très bien de notre monde. La fable qu’il imagine dans « le Ministre japonais du Commerce extérieur » est calquée sur « le Révizor » de Gogol mais se termine sur une scène de mélancolie et de désenchantement à la Tchekhov. Pas étonnant, Schisgal est né dans une famille d’origine russe. Son humour allègrement caustique mais sans cruauté doit aussi, certainement, quelque chose à sa culture juive.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte