ARTS - À Paris, au Grand Palais, Odilon Redon

Un univers sublime envahi par le rêve  Abonné

Publié le 25/03/2011
1302276956239416_IMG_57217_HR.jpg

1302276956239416_IMG_57217_HR.jpg
Crédit photo : COLL. KRÖLLER-MÜLLER MUSEUM

VICTIME des modes – l’impressionnisme, le surréalisme, les courants modernistes, etc. –, le symbolisme bénéficie depuis quelques années seulement d’un regain de faveur bien opportun. Odilon Redon en fut le plus grand précurseur. Son art s’inscrivit à l’encontre du réalisme et du naturalisme qui triomphaient en cette fin de XIXe siècle. Chez Redon, le mystère et le subconscient dominent. L’artiste semble étranger au monde qui l’entoure, ou du moins il le rêve, l’embellit, l’idéalise.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte