« La Voleuse de livres », de Brian Percival

Un regard innocent sur l’histoire  Abonné

Publié le 06/02/2014
1391652855494239_IMG_121676_HR.jpg

1391652855494239_IMG_121676_HR.jpg
Crédit photo : J. HEATH

Cinéma

Publié en 2005, « la Voleuse de livres » a été traduit en 30 langues et vendu à 8 millions d’exemplaires dans le monde. Son auteur, Markus Zusak, est né en Australie, mais a baigné dans les récits de ses parents sur leur enfance en Allemagne et en Autriche. Ce sont leurs histoires qui lui ont donné envie d’être écrivain, dit-il. « C’était une époque d’extrême danger et d’horreur, mais ce sont les actes de bonté accomplis durant cette sombre période qui m’ont inspiré. »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte