THEATRE - « La fin du monde est pour dimanche », de et par François Morel

Un moment fraternel  Abonné

Publié le 25/04/2013

LE GRAND MOREL. Le grand, bon, fin, sensible François Morel. Avec « la Fin du monde est pour dimanche », il nous invite à le suivre, d’histoire brève en histoire brève. Comme un conteur, comme un comédien caméléon qui change de peau, de personnage et même de sexe, il nous régale d’une dizaine de très courts moments de destins. Des instantanés pleins de sève, pleins des bonheurs et des chagrins d’être au monde.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte