THEATRE - « L’Avare », par Tabola Rassa

Un miracle très fluide  Abonné

Publié le 09/01/2014

SI L’ON VOUS DIT que, dans cette version de « l’Avare », les personnages sont joués par des marionnettes dont le corps est une pièce informe de tissu et la tête un élément de robinetterie, vous penserez que l’on manque de respect à Molière. Et bien non !

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte