Sur scène à Paris, « l'Épaule de Dieu »

Un face-à-face existentiel

Par
Publié le 13/01/2020

Au théâtre de l'Atalante (1), « L’Épaule de Dieu », de François Marchasson : sur un thème souvent abordé, le mystère de la mort, un attachant dialogue. L’absurde est clairement mis en lumière par la scénographie légère mais lestée de symboles de Claire Belloc.

Entre Beckett et Tchekhov

Entre Beckett et Tchekhov
Crédit photo : LAURENCINE LOT

Une route, comme un tronçon qui ne mène à rien mais s’envole, un placide rhinocéros qui fait évidemment penser à Eugène Ionesco, un espace assez neutre avec une fontaine à eau, un fauteuil confortable à cour, avec, au pied, un flacon d’alcool, des journaux. Un homme est assis là, qui semble bien calme. De l’autre côté une chaise et un homme véhément et qui, debout, va et vient et parle d’abondance.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)