THEATRE - « Hiroshima mon amour », d’après Marguerite Duras

Trop d’écrans  Abonné

Publié le 18/04/2012
1334712103341955_IMG_82149_HR.jpg

1334712103341955_IMG_82149_HR.jpg
Crédit photo : M. DEL CURTO

C’EST EN 1959, pour le film d’Alain Resnais, que Marguerite Duras écrivit « Hiroshima mon amour ». Une œuvre entrée dans la légende du cinéma, présentée hors compétition à Cannes. Quatorze ans après la fin de la guerre en France, quatorze ans après que la bombe atomique avait détruit la ville japonaise, faisant des milliers de morts, introduisant une rupture terrible dans l’Histoire du monde, le film parlait de choses graves, très graves.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte