Deux drames et une comédie

Trois manières d'approcher le mystère  Abonné

Par
Publié le 02/02/2017
Théatre-Intérieur

Théatre-Intérieur
Crédit photo : S. GOSSELIN/COLL. COMÉDIE-FRANÇAISE

C’est pour un théâtre de marionnettes que le Belge Maurice Maeterlinck (1862-1949) avait écrit « Intérieur » (1). L’argument est aussi simple que terrible et universel. Une petite maison, dont on aperçoit par les fenêtres éclairées les habitants qui veillent, calmes. Deux hommes s’approchent. L’un est un vieillard qui les connaît, l’autre un jeune homme qui a découvert la fille aînée de la famille noyée. Il faut le leur annoncer et détruire pour jamais ce calme, cette paix.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte