JAZZ-ROCK - Voix singulières

Tant qu’il y aura des femmes  Abonné

Publié le 05/03/2012
1330914197327547_IMG_78558_HR.jpg

1330914197327547_IMG_78558_HR.jpg
Crédit photo : G. HOHENBERG

1330914193327522_IMG_78556_HR.jpg

1330914193327522_IMG_78556_HR.jpg
Crédit photo : I. ROZENBAUM

1330914199327548_IMG_78559_HR.jpg

1330914199327548_IMG_78559_HR.jpg
Crédit photo : N. FASANO

1330914195327546_IMG_78557_HR.jpg

1330914195327546_IMG_78557_HR.jpg
Crédit photo : S. FOWLER

* Dans un univers où les jeunes chanteuses exhibent sur scène des corps parfaits devant des foules en délire et esquissent des pas de « danse » (dance ?) dignes des meilleures salles de gymnastique sur des musiques formatées, Katie Melua marque sa différence.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte