Gérard Mannoni, André Tubeuf

Souvenirs musicaux

Par
Olivier Brunel -
Publié le 10/04/2020
Lire est une saine occupation pendant le confinement. Les souvenirs se prêtent bien à l’évasion de l’esprit. Ainsi ceux de deux témoins de la vie musicale du siècle dernier, à retrouver dans des ouvrages parus il y a quelque temps.

* Dans « Une vie à l’Opéra - Souvenirs d’un critique » (Buchet-Chastel, 264 p., 20 €, 2018), Gérard Mannoni raconte soixante années de fréquentation des salles de concert, d d‘opéra, de ballet, et surtout de rencontres d’artistes. Le journaliste a été de l’aventure de « Combat » et du « Quotidien de Paris » aux côtés de Philippe Tesson et de Marcel Claverie, il a été chroniqueur à la radio et pour des revues spécialisées et a signé des livres sur la danse.

On retrouve dans ces souvenirs le ton enthousiaste du critique, qui réussissait toujours à établir des liens amicaux avec les artistes. Une série de portraits savoureux (Noureev, Zizi Jeanmaire et Roland Petit, Maurice Béjart, Margot Fonteyn, Maria Callas) alternent avec des évocations d’un monde disparu, fréquenté depuis l’enfance. Les opérettes du Châtelet, les Ballets du Marquis de Cuevas, le festival d’Aix encore jeune, Bayreuth du temps de Wieland Wagner, Salzbourg, le Japon… : Gérard Mannoni sait entraîner le lecteur dans sa passion et faire partager des moments d’émotions et des sympathies avec une gourmandise de conteur.

* Avec « Je crois entendre encore… » (Plon, 350 p., 21 €, 2013), au titre repris d’un air des « Pêcheurs de perles », l’opéra de Georges Bizet, André Tubeuf évoque aussi à sa façon, nostalgique et émerveillée, les souvenirs de soixante-dix ans de passion pour les acteurs de la vie musicale, cinématographique et théâtrale. Écrivain, philosophe et critique, il a collaboré notamment au magazine « le Point » et à plusieurs revues musicales et signé de nombreux ouvrages, dont un « Dictionnaire amoureux de la musique ».

Avec « La première fois que… », ce sont les émotions de la découverte de la scène, de l’écran, des différentes formes de l’art musical qui sont racontées. Puis suit un long chapitre consacré aux « Brèves rencontres », série de portraits de musiciens (Poulenc), chanteurs (Seefried, Vanni Marcoux, Lorengar), chefs et musiciens (Karajan, Kleiber, Rostropovitch), acteurs (De Havilland, Jouvet, Gérard Philipe), rencontrés ou croisés. Dans « Un bout de chemin avec… », André Tubeuf raconte ceux qu’il a le mieux connus et aimés, sur qui il connaît mille anecdotes inédites. On entre dans l’intimité de personnalités fascinantes, Jessye Norman, Arthur Rubinstein, Alfred Brendel, Cecilia Bartoli, Teresa Berganza, Riccardo Muti…

Dès la reprise des activités de l’édition, trois nouveaux ouvrages d’André Tubeuf devraient paraître : un essai sur « Brahms ecclésiaste » (Éditions du Passeur) ; très attendus de cet ancien professeur de philosophie, ses souvenirs sur « les Années Louis-Le-Grand » (Actes Sud) ; et un ouvrage philosophique, « Platon de plain-pied » (Les Belles Lettres).

 

Olivier Brunel

Source : Le Quotidien du médecin