Frank Zappa, le Brésil

Sources d'inspiration

Par
Didier Pennequin -
Publié le 07/05/2020

En ces temps d'incertitude et de flottement, plusieurs musiciens français effectuent des retours aux sources d'inspiration. Ainsi Thierry Maillard et Baptiste Herbin.

Baptiste Herbin

Baptiste Herbin
Crédit photo : ANNE BIED

* Un auditeur averti en vaut deux : « Zappa Forever »* (double CD Ilona records/L'Autre Distribution) de Thierry Maillard n'est pas un disque de reprises des compositions du très prolifique, et souvent irrespectueux, compositeur, chanteur et guitariste légendaire de rock Frank Zappa (1940-1993).

Comme l'écrit parfaitement le violoniste français Jean-Luc Ponty, qui fut un compagnon de route de Zappa durant plusieurs années, cet album est « inspiré par l'audace qu'avait Frank Zappa dans ses mélanges de genres musicaux ». Inspiré est donc le terme approprié.

Pianiste, compositeur, arrangeur, chef d'orchestre, élevé dans l'univers de la musique classique comme dans celui du jazz, Thierry Maillard a assemblé ces dernières années ce qui est un rêve – et une gageure – pour beaucoup de musiciens : un big band ! Une grande formation, au line-up souvent de très haut vol, pour exécuter avec brio des compositions du leader, toujours marquées par l'originalité de la mélodie et le talent d'écriture. Et c'est avec ce « All Stars » du jazz hexagonal qu'il a choisi d'explorer dix de ses propres thèmes en hommage à une icone du rock américain. Ont ainsi été convoqués, entre autres, David Linx et Camille Bertault (chant), Stéphane Belmondo (trompette/bugle), Chris Potter, Samy Thiébault et Baptiste Herbin (saxes) et Gilad Hekselman (guitare).

Un sacré attelage de pointures pour interpréter une musique calibrée, structurée par un leader qui laisse cependant beaucoup d'espace pour la libre expression de chacun de ses solistes. De la belle ouvrage !

* Depuis des décennies –  en fait depuis les années 1960 et Stan Getz –, le Brésil et ses formes musicales variées fascinent les jazzmen. Pour son nouveau projet, Baptiste Herbin n'échappe pas à cette attraction.

Durant quatre ans, le saxophoniste (alto & ténor), qui multiplie les collaborations fructueuses en France, a parcouru le Brésil pendant ses loisirs, s'imprégnant des musiques et de rencontres humaines. Des découvertes et recherches qui viennent de déboucher sur « Vista Chinesa » (Space Time Records/Socadisc). Pour cet album composé de titres originaux, presque tous du saxophoniste, et d'une reprise de l'accordéoniste Gus Viseur (« Swing Valse »), il s'est adjoint le concours de solides gaillards, parmi lesquels l'imposant Ed Motta (chant). Le chant qui tient une grande part dans la réalisation de cet opus, à la fois personnel musicalement et incitatif aux voyages.

* Disponible en numérique depuis le 24 avril, sortie en digital le 19 juin

Didier Pennequin

Source : Le Quotidien du médecin