ARTS - À Paris, au Centre Pompidou

Simon Hantaï, maître de l’abstraction  Abonné

Publié le 06/06/2013
1370481333437678_IMG_106266_HR.jpg

1370481333437678_IMG_106266_HR.jpg
Crédit photo : ADAGP

1370481336437732_IMG_106276_HR.jpg

1370481336437732_IMG_106276_HR.jpg
Crédit photo : ADAGP

NÉ EN HONGRIE, arrivé à Paris en 1948 après une formation aux Beaux-Arts de Budapest, Simon Hantaï adhère au surréalisme, qu’il interprète avec des toiles cloisonnées et des ossements intégrés à des créatures hybrides (« Femelle Miroir II »). De 1955 à 1957, il adopte la peinture gestuelle, qui le conduira à expérimenter les petites touches, un grand moment de l’exposition. « Écriture rose » renvoie à Pollock, avec ses couches superposées d’écriture à l’encre, et « À Galla Placidia » au ciel étoilé en mosaïque du mausolée de Ravenne.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte