ARTS - À Moulins

Rochegrosse, les fastes de la décadence  Abonné

Publié le 19/09/2013
1379553252454080_IMG_110946_HR.jpg

1379553252454080_IMG_110946_HR.jpg
Crédit photo : J. MONDIÈRE

BEAU-FILS du poète Théodore de Banville, qui est né à Moulins, Georges-Antoine Rochegrosse (1859-1938) pratique une peinture d’histoire théâtrale considérée comme « pompier », avec des sujets issus de l’antiquité (Babylone, Rome, les invasions barbares) ou de la littérature. Il illustre Flaubert (« Salammbô », « Hérodias »), Victor Hugo (« l’Homme qui rit », « les Misérables »). Il choisit le moment avant le drame, lorsque la tension est à son maximum.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte