« Saül » au Théâtre du Châtelet

Rentrée lyrique avec un oratorio biblique

Par
Olivier Brunel -
Publié le 27/01/2020

L’Opéra de Paris étant paralysé par une grève aux conséquences préjudiciables pour son équilibre financier, c’est le Théâtre du Châtelet qui a ouvert l’année lyrique, avec une production de « Saül » de Haendel importée du Festival de Glyndebourne.

À Glyndebourne en 2015

À Glyndebourne en 2015
Crédit photo : BILL COOPER

« Saül » n’est pas un opéra mais un oratorio biblique, un des nombreux que Georg Friedrich Haendel composa pour Londres, où il fut créé en 1739. Ces dernières décennies, on a vu se multiplier les mises en scène théâtrales de ces oratorios faits pour être chantés, à l’instar du « Messie », dans les églises, puis dans les salles de concert. Le Glyndebourne Festival Opera a été un précurseur de cette pratique avec le « Theodora » de Haendel mis en scène par Peter Sellars, devenu un spectacle culte.

C’est précisément du célèbre festival britannique que vient la production de « Saül » présentée au Châtelet jusqu'au 31 janvier. Elle est signée par Barrie Kosky, qui la fit triompher au festival de 2015 et remporter un nombre incroyable de récompenses. Les théâtres du monde entier s’arrachent le metteur en scène australien, intendant du prestigieux Komische Oper de Berlin. Sa très extraordinaire mise en scène des « Maîtres Chanteurs de Nuremberg » au Festival de Bayreuth en 2018, qui dénonçait ouvertement l’antisémitisme de Wagner, et sa « Flûte enchantée » berlinoise inspirée du théâtre d’ombres et du cinéma muet, que l’on a pu voir à Paris Salle Favart, n’y sont pas pour rien !

Pour réaliser scéniquement l’histoire de Saül, premier roi des Israélites en terre d’Israël, prédécesseur du Roi David, Barrie Kosky a fait appel à Katrin Lea Tag, qui a réalisé un décor et des costumes pleins de fantaisie, et au chorégraphe Otto Pichler.

Ce merveilleux spectacle, qui reprend quasiment la distribution d’origine, notamment le baryton Christopher Purves dans le rôle-titre, Karina Gauvin, Anna Devin, Benjamin Hulett et John Graham-Hallet, est dirigé par Laurence Cummings à la tête des Talens Lyriques. Le Chœur, qui a une importance énorme dans l’action dramatique, a été réuni pour l’occasion par le Théâtre du Châtelet.

Bonne rentrée lyrique.

Châtelet, tél. 01.40.28.28.28, chatelet.com

Olivier Brunel

Source : Le Quotidien du médecin