Philosophie et neurosciences

Regards sur le mensonge  Abonné

Par
André Masse-Stamberger -
Publié le 14/10/2019
Si la philosophie est avant tout recherche de la Vérité, comme elle le prétend, elle est fortement concernée pas l'existence du mensonge, bien scruté dans le livre de Xavier Seron, docteur en neuropsychologie, expert médico-légal à Bruxelles. Il passe en revue les très diverses manières d'appréhender le mensonge, le regard neuroscientifique ouvrant des pistes bien loin de la morale et de la métaphysique.

Le neuropsychologue aborde son sujet en délimitant ce que le mensonge est, et n'est pas. Le mensonge implique que son auteur pense que l'information qu'il délivre est fausse. Il implique également une duplicité, une complexité cognitive. Le menteur doit « gérer simultanément et en sens contraire deux pensées différentes, celle qu'il tient pour vraie et celle qu'il tient pour vraie et qu'il a décidé de taire, et celle qu'il sait ou pense fausse mais qu'il décide d'exprimer ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte