À l’occasion de la journée mondiale de la BPCO

Redonner du souffle aux patients par l’activité physique  Abonné

Publié le 19/11/2015
Philippe Poncet, 56 ans, est atteint depuis 9 ans

Philippe Poncet, 56 ans, est atteint depuis 9 ans

« Lors du diagnostic de la BPCO - qui souvent est très tardif – on arrive à un stade tellement fatigué qu’on n’arrive plus à faire trois pas sans s’essouffler.

Mais avec l’oxygène, l’activité physique est devenue mon deuxième médicament pour éviter les décompensations graves », témoigne Philippe Poncet.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte