Hercule Poirot et enquêteurs en tous genres

Quelques nuances de noir  Abonné

Publié le 29/09/2014
1411953392547962_IMG_136913_HR.jpg

1411953392547962_IMG_136913_HR.jpg

1411953387547961_IMG_136908_HR.jpg

1411953387547961_IMG_136908_HR.jpg

1411953393547958_IMG_136914_HR.jpg

1411953393547958_IMG_136914_HR.jpg

1411953391547957_IMG_136912_HR.jpg

1411953391547957_IMG_136912_HR.jpg

1411953394547965_IMG_136910_HR.jpg

1411953394547965_IMG_136910_HR.jpg

1411953386547099_IMG_136905_HR.jpg

1411953386547099_IMG_136905_HR.jpg

1411953387547956_IMG_136906_HR.jpg

1411953387547956_IMG_136906_HR.jpg

1411953388547959_IMG_136909_HR.jpg

1411953388547959_IMG_136909_HR.jpg

1411953389547960_IMG_136911_HR.jpg

1411953389547960_IMG_136911_HR.jpg

Livres

Après une centaine d’enquêtes, depuis son apparition en 1920 (« la Mystérieuse Affaire de styles ») et jusqu’à sa disparition en 1975 (« Hercule Poirot quitte la scène »), un an avant la mort d’Agatha Christie, les célèbres moustaches cirées du détective belge frétillent à nouveau. Cette fois sous la plume de Sophie Hannah, une romancière britannique et fan inconditionnelle, qui a obtenu pour la première fois des héritiers de la reine du crime l’autorisation de mettre en scène un de ses personnages.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte