Le festival de Cannes

Que vive l’Afrique  Abonné

Publié le 19/05/2014
1400462010522755_IMG_129722_HR.jpg

1400462010522755_IMG_129722_HR.jpg
Crédit photo : DR

1400462008522531_IMG_129721_HR.jpg

1400462008522531_IMG_129721_HR.jpg
Crédit photo : DR

Cinéma

Le 29 juillet 2012, dans une petite ville du Mali, un homme et une femme, parents de deux enfants, sont lapidés. Leur crime, ne pas être mariés. La lapidation est diffusée sur Internet par ses commanditaires, dans l’indifférence quasi générale. Cette histoire, le Mauritanien Abderrahmane Sissako, qui a passé une grande partie de son enfance au Mali, l’évoque encore des larmes dans la voix. Elle lui a inspiré un film terrible mais aussi plein d’amour et de musique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte