Balanchine/Teshigawara/Bausch au Palais Garnier

Promesses tenues  Abonné

Par
Publié le 06/11/2017
Danse-Le Sacre

Danse-Le Sacre
Crédit photo : AGATHE POUPENEY/OPÉRA DE PARIS

Danse-Grand Miroir

Danse-Grand Miroir
Crédit photo : AGATHE POUPENEY/OPÉRA DE PARIS

Le programme d’abord. Il ne s'agissait pas comme trop souvent de trois pièces assemblées pour faire une soirée. Tout d'abord une vraie réflexion sur la modernité avec « Agon » (1957), la pièce la plus audacieuse de Balanchine et Stravinski : la complicité des deux Russes exilés en Amérique a conduit à l'illustration parfaite sur la scène de la modernité musicale émanant de la fosse.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte