« Pour Ernestine » : bipolaire et père

Par
Renée Carton -
Publié le 11/04/2019

Dans « Humeur liquide », son précédent documentaire, Rodolphe Viémont s'interrogeait, avec son épouse, bipolaire comme lui, sur leur désir d'enfant et le risque de transmettre la maladie, consultations de spécialistes à l'appui. L'enfant est née, évidemment filmée dès ses premiers jours, et son père, après un post-partum au masculin, signe un nouveau film, « Pour Ernestine », qui tourne autour des interactions maladie psychique/création artistique.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?