ARTS - À Paris, « Beauté animale »

Portraits changeants  Abonné

Publié le 05/04/2012
1333588730338411_IMG_81365_HR.jpg

1333588730338411_IMG_81365_HR.jpg
Crédit photo : RMN

1333588731338707_IMG_81366_HR.jpg

1333588731338707_IMG_81366_HR.jpg
Crédit photo : RMN

ALBRECHT DÜRER, le premier, représente un hippopotame, cadeau au roi du Portugal, sans même l’avoir vu. Il lui fait, du reste, une corne de plus. La tradition de collectionneur royal et de recherche d’exotisme se poursuivra de Louis XIV, qui fait portraiturer sa ménagerie (Pieter Boel), jusqu’à Charles X, avec sa célèbre girafe. L’imprimerie permet la création de répertoires d’images et diffuse les espèces du Nouveau Monde (perroquet, dindon...). Les peintres s’en inspirent, lion de Rubens, arche de Noé de Bruegel de velours.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte