Rouen

Musée Flaubert et d'histoire de la médecine

Par Pascal Thomeret
Publié le 07/08/2019
- Mis à jour le 07/08/2019
Apothicairerie Musée Flaubert Rouen

Apothicairerie Musée Flaubert Rouen
Crédit photo : Photo musée Flaubert

Musée Flaubert Porte

Musée Flaubert Porte
Crédit photo : Musée Flaubert.

Caricature chirurgien Musée Flaubert

Caricature chirurgien Musée Flaubert
Crédit photo : Musée Flaubert (Rouen)

Au rez-de-chaussée, le visiteur est accueilli par une série de saints guérisseurs, de sainte Agathe portant son  sein sur un plateau à Saint-Roch. Les deux salles voisines sont consacrées l'une aux instruments médicaux et  accessoires d'hygiène du XVIIe au XIXe siècle, l'autre aux collections de verrerie et de pots de pharmacie (dont des pots en faïence de Rouen XVIIIe à décor rocaille à cinq couleurs). Le clou du rez-de-chaussée, c'est le mannequin d'accouchement de Mme du Coudray, célèbre sage-femme du XVIIIe siècle nourrie de l'esprit des Lumières, qui révolutionna l'enseignement de l'obstétrique. En 25 ans, elle forma plus de 3 000 matrones et chirurgiens. Sa « Machine » se compose d'un bassin de femme en taille réelle, d'un nourrisson, d'un placenta, le tout fait de peau et de tissu rembourrés, ce qui permettait de simuler les positions de l'accouchement.
litde6placesmuseeflaubert.jpg

Au premier étage, se trouve la chambre natale de Gustave Flaubert où sont rassemblés les souvenirs familiaux. Mobilier d'époque Restauration, portraits de son frère et de son père chirurgien, bustes de sa mère et de sa sœur ; lettres autographes de l'écrivain. La pièce voisine est une sorte de cabinet de curiosités. Un tableau montre le chirurgien rouennais Laumonier exécutant une cire anatomique. Il fut chargé par Napoléon 1er de créer et de diriger à Rouen une école d'anatomie artificielle. Une de ses cires est exposée aux côtés du « perroquet de Flaubert », un perroquet empaillé que Flaubert avait emprunté au muséum de Rouen lorsqu'il écrivait « Un cœur simple ». « Ce que j’ai devant moi, sur ma table, depuis huit jours ? Un perroquet empaillé. Il y reste à poste fixe. Sa vue commence même à m’embêter. Mais je le garde, pour m’emplir la cervelle de l’idée de perroquet. Car j’écris présentement les amours d’une vieille fille et d’un perroquet. » Est-ce le vrai Loulou ? La question reste ouverte (1).


Photo Rouen Normandie Tourisme et congrès/JFLange
 

La visite se termine par une ancienne salle de malade qui avait été rattachée à l'appartement au XIXe. Ce qui permet d'évoquer la vie hospitalière : lit à six places (!), portraits des sœurs Augustines et des pères Génovétains, sceaux et blasons. On admirera un exemplaire de 1543 de la célèbre fabrique du corps humain de Vésale, « De humanis corpori fabrica ». 
En tout, se seront 11 salles à découvrir tant sur Gustave Flaubert que sur l'histoire de la médecine.

 


(1) Il en existe aussi un à Croisset, la maison familiale de Flaubert. Le médecin britannique Julian Barnes, spécialiste de Flaubert, ne tranche pas dans le livre « le Perroquet de Flaubert » paru en 2000.


Un livret-jeu, quiz Flaubert, quiz médecine pour les enfants est mis à disposition gratuitement

 

Programme des visites (gratuites) à l'occasion des 36es Journées européennes du patrimoine :
​– Samedi 21 et dimanche 22 septembre (de 10h à 19h). Visite libre.



Musée Flaubert et d'histoire de la médecine
51, rue Lecat (à côté de la préfecture, ouverte à la visite le samedi)
76000 Rouen
Tél. : 02 35 15 59 95, CHU de Rouen Normandie


 

Avec M.-F. de P.


Source : lequotidiendumedecin.fr