À Paris, au Grand Palais et au musée Rodin

Mapplethorpe, la passion pour les corps  Abonné

Publié le 24/04/2014
1398301966516834_IMG_128163_HR.jpg

1398301966516834_IMG_128163_HR.jpg
Crédit photo : MAPPLETHORPE FOUNDATION

Art

Né dans une famille catholique, Robert Mapplethorpe (1946-1989) préfère une formation d’art plastique à celle de militaire souhaitée par son père. Après quelques compositions surréalistes, il se consacre dès le début des années 1970 à la photo. Autoportraits, puis portraits d’hommes, le plus souvent noirs, et sadomasochisme homosexuel. C’est une ligne pure, des formes découpées et une certaine grâce que l’on retrouve aussi bien avec ses modèles que dans les sculptures classiques gréco-romaines qu’il photographie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte