Sur scène à Paris

Maladie et science, versions pour planches

Par
Armelle Héliot -
Publié le 11/04/2019
Théâtre-Kraepelin

Théâtre-Kraepelin
Crédit photo : CIE KA

Le hasard fait que ce sont deux textes d’artistes italiens que nous réunissons aujourd’hui. Deux artistes venus d’horizons différents. L’un est un jeune écrivain, Davide Carnevali, dont le texte, « Variations sur le modèle de Kraepelin », est adapté et mis en scène par un comédien-musicien-marionnettiste français (un peu belge aussi !), David Van de Woestyne, de la compagnie Ka. L’autre est un comédien et metteur en scène qui travaille en France, Fabio Alessandrini. Il a lui-même composé « l’Équation », travail très documenté et fluide, amusant et sérieux, qui nous conduit du Big Bang aux neurosciences.

Les médecins connaissent l’Allemand Emil Kraepelin (1856-1926), mais pas le grand public. Ce psychiatre a défini nombre maladies mentales. Il a eu comme disciple Alois Alzheimer (1864-1915) et, dans « Variations sur le modèle de Kraepelin » (1), on pense plus dégénérescence neuronale que psychose. En tout cas, on a le sentiment que le vieil homme (Arnaud Frémont) souffre de la maladie d’Alzheimer. Face à lui, son fils (Guillaume Clausse) et une femme médecin (Elsa Tauveron).

Trois bons comédiens, une adaptation et une mise en scène précises. Une bonne utilisation de la lumière, de la vidéo, du son (Uriel Bartélémi), de la musique. On regrette la part modeste des marionnettes dans la représentation, alors que c’est la spécificité de la compagnie Ka, lier acteurs et objets, acteurs et marionnettes. Mais même ainsi, le spectacle est très intéressant.

Instructif

À la Reine Blanche, théâtre qu’a fondé Elisabeth Bouchaud en souhaitant faire de la science l’objet premier des spectacles, « l’Équation » (2) a sa place naturelle. Fabio Alessandrini nous conduit dans un très long voyage, sans beaucoup de bagages matériels. Une table, une chaise, un cyclo, avec des projections fixes ou animées. Mais des appuis littéraires, de Kafka à Calvino, et la ressource de thèses scientifiques rendues accessibles par l’auteur et acteur.

Beaucoup d’esprit, une belle présence, et un moment à la fois très théâtral et très instructif. Les jeunes sont ravis de voir un artiste à la personnalité chaleureuse et forte leur offrir ce moment qui touche. Une leçon déliée, savante et savoureuse. À partager.

 

 

 

(1) Mouffetard, jusqu’au 19 avril. Durée 1 h 15. Tél. 01.84.79.44.44, lemouffetard.com

(2) Reine Blanche (2 bis passage Ruelle, 18e), jusqu’au 28 avril. Durée 1 h 15. Tél. 01.40.05.06.96, www.reineblanche.com

 

Armelle Héliot

Source : Le Quotidien du médecin: 9740