THEATRE - « Existence », d’Edward Bond

L’œuvre au noir  Abonné

Publié le 28/03/2013
1364437102420110_IMG_101625_HR.jpg

1364437102420110_IMG_101625_HR.jpg
Crédit photo : C. M. MAGLIOCCA

C’EST DANS LE NOIR qu’Edward Bond situe l’action de cette courte pièce. Un homme, qu’il ne désigne que par « X », pénètre par effraction dans un appartement plongé dans le noir. On distingue une longue ligne de lumière par l’étroite embrasure des volets fermés. Plus tard, le visiteur intempestif, qui n’a pas trouvé l’argent qu’il cherchait en retournant violemment toute la maison, poussera un peu plus les volets et l’on distinguera enfin les silhouettes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte