Il était médecin... aussi

L’infortuné Dr Guillotin

Par Adrien Renaud
Publié le 16/08/2019
- Mis à jour le 16/08/2019

Son nom sera, pour l’éternité, associé à la machine de mort qui symbolise aux yeux des Français la peine capitale. Mais Joseph Ignace Guillotin (1738-1814) fut avant tout un médecin qui eut d’importantes responsabilités sanitaires sous le Consulat et l’Empire.  Pendant l’été, « le Quotidien » donne un coup de projecteur sur d’illustres personnages dont on a (parfois) oublié qu’ils étaient médecins aussi.

Crédit photo : DR

Paris, 1er décembre 1789. Un député du Tiers-État monte à la tribune. Il présente une motion « sur les suppliciés » qui prône l’égalité de tous devant la loi. « Les délits du même genre seront punis du même genre de peine, quels que soient le rang et l’état du coupable », dispose son article premier. Un peu plus loin, le texte propose que la décapitation « par l’effet d’un simple mécanisme » soit le châtiment réservé aux criminels. Dans l’effervescence révolutionnaire, on adopte le premier article de la motion, et on ajourne la suite de la discussion.

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article

Déjà inscrit ?