CINEMA - « Syngué Sabour », d’Atiq Rahimi

Liberté d’une femme  Abonné

Publié le 28/02/2013

ATIQ RAHIMI, qui a fui l’Afghanistan en 1984, a connu Kaboul quand la ville comptait une dizaine de cinémas, avec tapis rouge à l’entrée. Pour lui, le cinéma est un langage universel et « un formidable moyen d’ouverture sur le monde ». Et s’il a choisi de passer à l’écriture, après plusieurs documentaires sur son pays d’origine, il a aussi adapté, avant « Syngué Sabour », son premier roman, « Terre et cendres » (2004).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte