Bartók et Poulenc à l’Opéra de Paris

L’exercice du doublé  Abonné

Publié le 07/12/2015
" Le Château de Barbe-Bleue »

" Le Château de Barbe-Bleue »
Crédit photo : B. UHLIG/OPÉRA DE PARIS

On peut se demander ce que font Bartók et Poulenc sur la même affiche. Mais l’exercice du double programme est tout sauf une science exacte. Les anciens peuvent témoigner que, sur cette même scène du Palais Garnier, on n’hésitait pas dans les années 1960 à accoupler « Giselle », ballet jugé trop court, avec « le Sacre du Printemps », ou le deuxième acte de « Tosca » avec la Marche hongroise de « la Damnation de Faust »… Une fois épuisés les doublés classiques, comme « Paillasse »/« Cavalleria Rusticana » ou « l’Heure espagnole »/« l’Enfant et les Sortilèges », tout reste possible.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte