À Nîmes, photos de tatouages

L'étonnant travail d'un médecin des prisons

Par Guillaume Mollaret
Publié le 02/09/2019
- Mis à jour le 02/09/2019
Entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe, le Dr Charles Perrier a photographié et étudié les tatouages des détenus, avec leur complicité. Ces travaux sont exposés jusqu'au 27 octobre au Musée du Vieux Nîmes*.

« Aux Armes de Lyon » : étalée sur le haut des omoplates, l’écriture tatouée surplombe un emblème immense, particulièrement réussi, que l’on devine celui de la capitale des Gaules. Ce dos photographié en 1897 à la prison de Nîmes est celui d’un détenu condamné à 14 mois de prison pour vol et abus de confiance. « C’est aux travaux publics (de la prison, NDLR) que fut exécuté le tatouage (finement dessiné) que cet homme porte sur le dos.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?