ARTS - À Paris, au MAM

Les recherches de Poliakoff  Abonné

Publié le 14/11/2013
1384395197471067_IMG_115475_HR.jpg

1384395197471067_IMG_115475_HR.jpg
Crédit photo : ADAGP

NÉ À MOSCOU dans la bonne société, Serge Poliakoff est le 13e de 14 enfants et son père élève des chevaux pour le Tzar. Une famille joyeuse d’origine kirghize, dans laquelle la musique tzigane est très présente. Une famille religieuse aussi, qui lui fait découvrir la magie des icônes dans les églises où sa mère l’emmène tous les jours. Lorsqu’il quitte seul la Russie à la Révolution, c’est la guitare qui assurera sa survie, dans une vie d’errance et à Paris, où il arrive en 1923, dans les cabarets russes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte