Les musées de Nice et sa région

Les maîtres de l'art moderne

Par
Caroline Chaine -
Publié le 09/06/2020
Nice et sa région ont toujours inspiré les artistes. Il y a ceux qui y sont nés, à commencer par le primitif Louis Brea (1450-1525), dont on peut voir la « Crucifixion » et la « Déposition de Croix » dans l’église Saint-Marie-des-Anges. Il y a aussi les grands maîtres de l’art moderne qui s’y sont installés et qui y ont maintenant leur musée.
Yves Klein, 1960

Yves Klein, 1960
Crédit photo : YVES KLEIN/ADAGP/D. BORDES

À Nice, le musée Matisse (musee-matisse-nice.org) a bénéficié des donations de l'artiste et de ses héritiers, avec en particulier ses sculptures, exposées actuellement, des objets personnels et les dessins des ornements de la chapelle du Rosaire, à Vence.

Au musée Marc-Chagall, on verra surtout l'inspiration religieuse, avec 17 toiles qui illustrent le message biblique (musees-nationaux-alpesmaritimes.fr).

Au musée d’Art moderne et Contemporain (mamac-nice.org), on retrouve les Niçois qui ont marqué l’histoire de l’art depuis les années 1960, comme Yves Klein, avec le Nouveau Réalisme fondé avec Pierre Restany, qui associe le réalisme des objets du pop art américain avec l’art de l’accumulation que l’on retrouve chez Arman. Les donations d'Yves Klein et de Niki de Saint Phalle, épouse du sculpteur Jean Tinguely, également dans le groupe, en font un musée référence dans ce domaine. On y trouve aussi Ernest Pignon-Ernest, pionnier de l’art urbain, qui a défendu ses divers engagements (sida, anti-apartheid…) sur les murs des villes.

La modernité ne doit pas faire oublier l’affichiste et grand décorateur Jules Chéret (1836-1932), qui a donné son nom au musée des Beaux-Arts de la ville, où l’on peut admirer la « Crucifixion » (1540) récemment attribuée à Bronzino. Quant au musée Masséna, il a gardé le décor du Nice Belle Époque et les souvenirs hérités du Maréchal d’Empire éponyme.

Sur la côte

Au Cannet, voir le musée Bonnard, créé à l’initiative de la ville en hommage à celui qui y a séjourné vingt-cinq ans, fasciné par la couleur et la lumière, tant dans ses intérieurs que dans les paysages (museebonnard.fr).

À Biot, le musée national Fernand Léger, conçu par la femme et l'assistant du peintre, est le lieu qui regroupe le plus grand nombre de ses œuvres (peintures, dessins, céramiques, bronzes et tapisseries).

À Cagnes-sur-Mer, où Renoir a passé les 12 dernières années de sa vie, sa maison a été transformée en musée (cagnes-tourisme.com).

À Antibes, le Château Grimaldi est devenu Musée Picasso (antibes-juanlespins.com), longtemps après que son conservateur a proposé en 1946 au maître deux pièces pour en faire son atelier. Le peintre fit un dépôt à la ville et la collection s’est enrichie d'une donation Nicolas de Staël et d’artistes contemporains.

À Saint-Paul-de-Vence, la Fondation Maeght (fondation-maeght.com.fr) rouvrira le 1er juillet avec une exposition Jacques Monory (1924-2018), artiste majeur de la Figuration Narrative, autre mouvement des années 1960 en opposition à l’abstraction, qui revendique aussi une fonction critique de la société et de la politique dans la veine de Mai 68.

À inclure dans les visites, l’architecture. À Hyères, la Villa Noailles, conçue par Robert Mallet-Stevens. À Roquebrune-Cap-Martin, la villa E-1027, réalisée à la fin des années 1920 par Eileen Gray et Jean Badovici ; et le Cabanon et les Unités de camping signées par Le Corbusier dans les années 1950.

 

 

 

 

 

Caroline Chaine

Source : Le Quotidien du médecin