À Paris, Le Pérugin et Sade

Les influences de la création  Abonné

Publié le 20/11/2014
1416449626563371_IMG_141306_HR.jpg

1416449626563371_IMG_141306_HR.jpg
Crédit photo : RMN/H. LEWANDOWSKI

1416449628563463_IMG_141307_HR.jpg

1416449628563463_IMG_141307_HR.jpg
Crédit photo : POLLO MUSEALE FIORENTINO

Art

Raphael (1483-1520) a-t-il été formé dans l’atelier du Pérugin (vers 1450-1523) ou simplement appréciait-il son œuvre au point de s’en inspirer ? Avec une cinquantaine de toiles, on découvre au musée Jacquemart-André le maître dans sa diversité, celui des madones et des fresques de la chapelle Sixtine, et aussi la richesse de la peinture italienne de la fin du Quattrocento, quand tous les artistes voyagent et reprennent à leur compte les innovations de leurs collègues.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte