Autour de Metin Arditi et de Yasmina Khadra

Les femmes au cœur des tourmentes  Abonné

Par
Publié le 13/10/2020
Metin Arditi dessine le portrait d’une femme dramaturge sur fond de tragédie palestinienne. Yasmina Khadra déroule une méditation mouvementée sur la possession et la rupture. Elizabeth Wetmore écrit le roman choral d’une communauté après le viol d’une adolescente. Shobha Rao raconte l’amitié rédemptrice de deux femmes soumises aux violences des hommes. Dolores Reyes oscille entre réalisme et magie pour évoquer cette même violence au quotidien. Enfin, deux rééditions de Rosamund Lehmann autour d’une passion adultère dans la bourgeoisie anglaise des années 1920-1930.

* Né à Ankara, grandi dans un internat de la Suisse romande, ingénieur en physique et en génie atomique, Metin Arditi a signé une quinzaine de romans, dont « le Turquetto », « l’Enfant qui mesurait le monde » ou « Carnaval noir ». Dans « Rachel et les siens » (1), il brosse le grandiose portrait d’une femme dans ses mérites et ses faiblesses et évoque à travers elle l’inextricable problème de la Palestine.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte