Chroniques du travail

Les belles lettres du boulot  Abonné

Publié le 14/04/2014
1397438268513541_IMG_127436_HR.jpg

1397438268513541_IMG_127436_HR.jpg

1397438266513438_IMG_127434_HR.jpg

1397438266513438_IMG_127434_HR.jpg

1397438269513542_IMG_127437_HR.jpg

1397438269513542_IMG_127437_HR.jpg

1397438270513545_IMG_127438_HR.jpg

1397438270513545_IMG_127438_HR.jpg

1397438267513540_IMG_127435_HR.jpg

1397438267513540_IMG_127435_HR.jpg

Livres

Prix du Livre Inter pour « la Voyeuse interdite » et prix Renaudot pour « Mes mauvaises pensées », Nina Bouraoui nous plonge, avec « Standard » (1), dans la dépression la plus grise. Après avoir quitté le bar-tabac enfumé de ses parents en province, Bruno Kerjen gagne sa vie dans une entreprise de composants électroniques à Paris. Dès la fermeture du bureau il rentre dans son petit appartement de banlieue se nourrir de plats tout préparés en usant du téléphone rose. C’est ainsi, pense-t-il, la meilleure méthode pour se protéger.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte