« Le Labyrinthe du silence », de Giulio Ricciarelli

Les Allemands face à Auschwitz  Abonné

Publié le 30/04/2015
Alexander Fehling, procureur obstiné

Alexander Fehling, procureur obstiné
Crédit photo : CWP FILM/HEIKE ULRICH

Né en en 1965, le Germano-Italien Giulio Ricciarelli, dont c’est le premier long métrage, dit avoir eu « du mal à croire qu’autant d’Allemands, dans les années 1950, n’aient jamais entendu parler d’Auschwitz ». Son film met en scène un jeune procureur (synthèse des trois procureurs qui ont mené l’enquête à l’époque), rigide et manichéen dans sa conception du droit, qui découvre effaré, dans les dossiers et les témoignages recueillis en surmontant moult obstacles, la réalité de l’univers concentrationnaire et les nombreuses participations à l’extermination de masse.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte