LIVRES - Des lieux et des hommes

Le territoire des histoires  Abonné

Publié le 11/03/2013
1362968116415695_IMG_100553_HR.jpg

1362968116415695_IMG_100553_HR.jpg

1362968114415694_IMG_100552_HR.jpg

1362968114415694_IMG_100552_HR.jpg

1362968112415692_IMG_100551_HR.jpg

1362968112415692_IMG_100551_HR.jpg

1362968106415569_IMG_100548_HR.jpg

1362968106415569_IMG_100548_HR.jpg

1362968110415691_IMG_100550_HR.jpg

1362968110415691_IMG_100550_HR.jpg

1362968108415690_IMG_100549_HR.jpg

1362968108415690_IMG_100549_HR.jpg

* En Toscane

Dans le fil d’une douzaine de romans depuis « En l’absence des hommes » (« l’Arrière-saison », « Un garçon d’Italie », « la Trahison de Thomas Spencer », « Son frère »), Philippe Besson offre, avec « De là, on voit la mer » (1), un récit qui le touche directement. Le personnage principal est une femme, mais une romancière. Louise a 40 ans, elle est un auteur connu qui vit égoïstement sa passion. « Si je dois choisir entre l’écriture et toi, alors je choisis l’écriture », a-t-elle asséné à François il y a dix ans, au début de leur mariage.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte