Des romans dont les personnages ont existé

Le retour de l'exofiction

Par Martine Freneuil
Publié le 09/09/2019
- Mis à jour le 09/09/2019
Quel chagrin secret a contribué au « black dog » de Winston Churchill ? Pourquoi Charles de Gaulle a-t-il disparu le 29 mai 1968 ? Quel rôle a joué le fils de l’ex-boy des Malraux auprès de Pol Pot ? La vie d’Errol Flynn a-t-elle été aussi romanesque que celles des personnages qu’il a interprétés ? Comment Karl Marx a-t-il conjugué Révolution et action ? Les personnages ont trouvé ici leur auteur.

La vie est un théâtre où nous jouons tous un rôle : pour l’illustrer, Philippe Forest (« L’Enfant éternel », « Sarinagara », « Crue »...) a écrit un roman qui se décline comme une pièce, avec prologue, actes, scènes et intermèdes, et lui-même en narrateur ou spectateur. Son titre, « Je reste roi de mes chagrins » (1), vient d’une réplique du « Richard II » de Shakespeare : « Vous pouvez me destituer de ma gloire et de ma puissance/mais non de mes chagrins : je suis toujours roi de ceux-là ».

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?