À la Comédie-Française, « Hors la loi »

Le procès de Bobigny

Par Armelle Héliot
Publié le 06/06/2019
- Mis à jour le 15/07/2019

Au centre de la pièce de Pauline Bureau, auteur et metteur en scène d’un très intéressant dossier théâtral sur l’affaire du Médiator, « Mon cœur », il y a deux ans, se tient Marie-Claire Chevalier. Une femme d’aujourd'hui une soixantaine d’années qu’incarne, avec profondeur et densité, Martine Chevallier. Elle est la narratrice, elle se souvient. Elle se souvient d’avoir été une jeune fille de 16 ans, violée et qui, accompagnée par sa mère, avorta. C’était alors « hors la loi ». Elle fut dénoncée par celui-là même qui l’avait abusée. Quatre femmes furent accusées. Du procès de Bobigny, Gisèle Halimi fit un acte décisif qui devait conduire, quelques années plus tard, en 1975, à la loi Veil.

Pauline Bureau a beaucoup de tact et s’appuie sur des interprètes très fins et précis. Dans le rôle de Marie-Claire jeune, Claire de La Rüe du Can est très convaincante, touchante. Elle joue aussi, un moment, une militante féministe. Danièle Lebrun, dont le nom apparaît lorsque l’on évoque le manifeste des 343, est ici particulièrement engagée, et joue en touches subtiles, composant avec esprit Simone de Beauvoir et jouant l’une des protagonistes du drame. Coraly Zahonero est Michèle, la mère de Marie-Claire. Une partition très importante et émouvante, complétée par une silhouette de militante et une composition spirituelle, Delphine Seyrig.

C’est Françoise Gillard qui reprend la grande défense de Gisèle Halimi, remarquable dans sa puissance sans agressivité. La comédienne est d’une finesse, d’une précision bouleversante. Les hommes sont interprétés par deux comédiens de haut talent : Laurent Natrella, en quatre figures, dont le Pr Jacques Monod ; Alexandre Pavloff, trois personnages, dont Michel Rocard. Ils sont parfaits.

C’est un dossier, une plongée éclairante dans le passé proche et un rappel de la lutte des femmes au XXe siècle. Mais il s’agit bien de théâtre. De jeu. D’émotion et de plaisir de jeu. Sur un propos grave, traité avec loyauté.

 

 

Comédie-Française, au Vieux-Colombier, jusqu'au 7 juillet. À 19 heures le mardi, 20 h 30 du mercredi au samedi, 15 heures le dimanche. Tél. 01.44.39.87.87, www.comedie-francaise.fr

Armelle Héliot

Source : Le Quotidien du médecin: 9755