Une exposition à Paris

Le pouvoir des images

Par
Caroline Chaine -
Publié le 24/02/2020
Trois milliards d'images sont partagées chaque jour sur les réseaux sociaux. C'est « le supermarché des images », qu'interroge une exposition présentée au musée du Jeu de Paume.
Andreas Gursky, « Amazon», 2016

Andreas Gursky, « Amazon», 2016
Crédit photo : ADAGP

L’image est évaluée en fonction de son grain, sa résolution, sa propagation, sa vitesse d’échange. Mais avant, il faut la fabriquer et la stocker. Dans des entrepôts, tels ceux d’Amazon photographiés par Andreas Gursky ? Sur des disques durs dans des congélateurs ? Les négatifs de la Brésilienne Ana Vitoria Mussi ou les captures d’écran de Jeff Guess sont-ils voués à la désagrégation ?

Le transport des images se fait sur des câbles à haut débit au fond des océans (Trevor Paglen), il faut tenir compte de leur poids, de la fluidité des échanges, de leur valeur. Elles ont un impact sur notre société. Les travailleurs du clic (« Clickworkers », Martin Le Chevallier) transcrivent hashtags, likes et sont utilisés pour propager des fake news. Lorsque Google nous demande de reconnaître une image, c’est aussi pour perfectionner ses logiciels de reconnaissance.

L’argent est omniprésent. Dans les clichés de vidéosurveillance de distributeurs de billets de Sophie Calle. Et lorsque le Getty Museum crée en 2014 Getty Images, une banque en ligne gratuite de 35 millions d’images pour lutter contre leur détournement frauduleux sur Internet.

Le mouvement des images est passé du feuilletage (William Kentridge) à une circulation exponentielle. Et s'il fallait faire un arrêt sur image, comme le suggère le Japonais Hiroshi Sugimoto lorsque, dans un cinéma de New York, pour réaliser une photo, il règle le temps d’exposition de sa pellicule sur celui du film ?

Cinquante artistes illustrent avec une grande variété d’approches le livre de Peter Szendy « le Supermarché́ du visible - Essai d'iconomie » (Les Éditions de Minuit, 2017) et ils se révèlent de grands iconomistes !

 

Jusqu'au 7 juin, jeudepaume.org

Caroline Chaine

Source : Le Quotidien du médecin