ARTS - Au musée de la Vie romantique

Le pouvoir des esquisses  Abonné

Publié le 24/10/2013
1382577302462667_IMG_113773_HR.jpg

1382577302462667_IMG_113773_HR.jpg
Crédit photo : RMN

AU XIXe SIÈCLE, l’esquisse, étape de la création d’un tableau, est reconnue comme œuvre d’art. Elle est aussi un passage obligé pour les concours du Grand Prix de Rome, dès 1818, et pour répondre aux commandes publiques. Elle fixe la composition, place les couleurs et sa spontanéité fait son succès. « Plus de vie, moins de forme », dit Diderot. Géricault, pour « le Radeau de la Méduse », choisit une composition en pyramide plutôt qu’en frise.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte