ARTS - Au musée d’Orsay

Le nu masculin, héroïque ou réaliste  Abonné

Publié le 17/10/2013
1381972641462664_IMG_113140_HR.jpg

1381972641462664_IMG_113140_HR.jpg
Crédit photo : PIERRE ET GILLES

DEPUIS l’antiquité, le modèle est l’homme fort, viril, héroïque, archétype de la beauté idéale. Repris à la Renaissance et dans les classes des beaux-arts, il est la base de l’enseignement sur modèle vivant, tel le corps modelé et puissant du Patrocle de David. L’érotisme est présent, dès la sculpture antique : le faune endormi copié par Girardon, l’Oreste langoureux de Simart, les photos des années 1930 de Hoyningen Huene. Même les saints évoluent, Sébastien devient sensuel chez Reni et Gustave Moreau.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte