CINEMA - Le festival de Cannes

Le monde qui finit ou qui change  Abonné

Publié le 20/05/2011
1305853928255444_IMG_61295_HR.jpg

1305853928255444_IMG_61295_HR.jpg
Crédit photo : DR

1305853927255446_IMG_61294_HR.jpg

1305853927255446_IMG_61294_HR.jpg
Crédit photo : DR

1305853926255436_IMG_61293_HR.jpg

1305853926255436_IMG_61293_HR.jpg
Crédit photo : DR

1305853931256103_IMG_61343_HR.jpg

1305853931256103_IMG_61343_HR.jpg

1305853929255445_IMG_61296_HR.jpg

1305853929255445_IMG_61296_HR.jpg
Crédit photo : DR

* « Melancholia » : chaos intime et planétaire

La mélancolie, la dépression rendent difficile la vie de Lars von Trier mais nourrissent son cinéma. Cette fois, c’est le sujet même du film, avec, le cinéaste danois ne se donne jamais de limites, une dimension cosmique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte