« Saint Laurent », « Leviathan »…

Le lyrisme de la destruction  Abonné

Publié le 25/09/2014
1411607565544356_IMG_136456_HR.jpg

1411607565544356_IMG_136456_HR.jpg
Crédit photo : DR

Cinéma

Contrairement au « Yves Saint Laurent » de Jalil Lespert avec Pierre Niney, sorti au début de l’année, le film de Bertrand Bonello n’a pas eu l’aval de Pierre Bergé, ce qui a posé des problèmes pratiques (les robes, les décors, notamment), mais donné au réalisateur de « l’Apollonide » toute la liberté dont il n’aurait pas entendu se passer.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte