Diva du jazz

Le crépuscule de Lady Day  Abonné

Publié le 13/04/2015

Dans l’unique trilogie des chanteuses de jazz, il y avait Ella Fitzgerald, la parfaite ou la sérieuse, Sarah « Sassy » Vaughan, la divine, et Billie Holiday (née Eleanora Fagan le 7 avril 1915, décédée le 17 juillet 1959), l’écorchée vive. Lady Day, ainsi surnommée par son grand amour platonique, le saxophoniste-ténor Lester « Prez » Young (1909-1959). À l’occasion du centenaire de sa naissance, elle fait l’objet de plusieurs célébrations.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte